Astrid Andersen, la fusion entre mode et sport

23 Nov 2016
La créatrice danoise s'impose de plus en plus au sein de la fashion sphère, grâce à ses looks sportswear revisités pour homme.

Astrid Andersen, c'est un style à part. La styliste fait cohabiter le luxe et le sport, mais aussi le masculin et le féminin. Comme lorsqu'elle mélange des étoffes précieuses (dentelle, velours) avec des matières respirantes (nylon, Néoprène®) ou lorsqu'elle pose du rose sur un sweat sans manches.

Diplômée du Royal College of Art de Londres en 2010, elle obtient son laissez-passer pour la Fashion Week londonienne en 2014. En deux ans seulement, elle s'impose comme l'un des temps forts des défilés masculins.

Son arme secrète : fusionner des inspirations éclectiques, comme le hip-hop des années 1990, le karaté ou encore les paysages de Mongolie, selon les collections.

Son but : créer une mode confortable et fonctionnelle qui soit high fashion.

Le résultat : des collections qui condensent coupes minimalistes (de rigueur lorsqu'on vient d'un pays scandinave), motifs (d)étonnants et couleurs vives. C'est justement cet univers créatif et décalé qui lui a valu d'être sélectionnée à deux reprises (en 2015 et en 2016) pour le Prix LVMH.

L'homme d'Andersen

La designer a trouvé comment capter l'attention. Surfant sur la tendance no gender (unisexe), la créatrice nous propose sa propre vision de la masculinité, aussi bien à travers les coupes que les détails de ses fringues. Elle crée ainsi des vêtements urbains pour hommes, que les nanas pourraient leurs emprunter.

Quelques exemples ? Sur les catwalks, les mannequins arborent des brassières et des collants transparents avec un survêtement. Ils portent également des hoodies pimpés de dentelle à motif floral et des fut' en vinyle, la it-matière de la saison.

Pour sa collection Automne-Hiver 2016/2017, Astrid Andersen a misé sur le street chic. Les silhouettes sont modernes. On découvre des parkas en fourrure, des pulls à manches overlength, des crop tops en laine, des bas de survêt' en nylon matelassé et des ensembles qui imitent la matière denim.

Ses créations hors du commun ne passent donc pas inaperçues. Une des raisons pour lesquelles elle a déjà un palmarès de collaborations à en faire pâlir d'envie plus d'un créateur. Nike lui fournit des sneakers hype pour chacun de ses show, Topman a signé pour une collection capsule avec elle et le rappeur A$ap Ferg lui a fait la bande-son et le court-métrage (avec Red Bull Catwalk Studio) de son défilé Printemps-Eté 2016. Classe.

La jeune femme n'en est qu'à ses débuts, mais s'impose déjà comme une personnalité à suivre. On parie qu'elle n'a pas fini de nous surprendre ?