Born to be wild : le denim, passion des bikers

10 Jan 2016
le-combo-blue-jean-boots-motardes-fait
Le combo blue-jean + boots motardes fait partie de l'uniforme des bikers, en particulier des caïds du milieu.
Quelle est la matière qui vous évoque le plus la moto ? Le cuir ? Eh non, une fois de plus, le denim a une longueur d'avance !

Quand on fait de la moto et qu'on tient à sa bécane, choisir un jean est un vrai marathon. Mais ça n'a pas toujours été le cas. Après la Seconde Guerre mondiale, les motards américains hors-la-loi se moquent bien d'avoir des renforts au niveau des genoux sur leurs pantalons et aux coudes sur leurs vestes en denim. Ils ne portent pas de modèles techniques, préférent courir le risque de se faire de gros bobos. Le seul truc qui compte vaguement ? L'absence de rivets sur les poches arrière car ces petites pièces en métal, symboles de qualité pour un jean, griffent les selles des motos. Et un biker prend toujours soin d'éviter les rayures, même sur la selle.

le-code-vestimentaire-n-est-pas-negligea
Le code vestimentaire n'est pas négligeable si on veut être crédible en Harley-Davidson.

Back to bike : les origines

Les clubs de motards sont nés bien avant les années 1960 – dès l'apparition de la moto à la fin du XIXe siècle en fait – mais c'est à partir de cette époque qu'ils commencent à faire parler d'eux (on pense notamment aux fameux Hell's Angels). On les décrit comme dangereux et infréquentables, de vrais caïds qu'il ne faut pas chauffer. Historiquement, la West Coast a toujours été le terrain de jeu de ces gangs de bikers pas commodes, et en particulier la Californie.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale déjà, on assiste à une criminalisation de certains clubs de motards. En cause, des vétérans de la guerre qui veulent retrouver la même décharge d'adrénaline qu'ils ont ressenti sur le front. Accessoirement, la plupart d'entre eux est déjà rompue à la pratique de la moto. Ils se réunissent autour de valeurs de fraternité, ce qui implique que le groupe passe avant l'individu. Alors forcément, il faut définir des signes de reconnaissance.

la-veste-en-denim-sans-manches-est-la-pi
La veste en denim sans manches est la pièce incontournable des groupes de motards.

Le denim : un signe de ralliement

Après une vague de films mettant en scène l'esprit blouson noirs dans les années 1950, les groupes de motards criminalisés connaissent un élan de popularité dans les années 1960. Le film "L'Equipée sauvage", de László Benedek, y a largement contribué puisque le réalisateur s'est inspiré des émeutes californiennes de 1947 pour construire l'histoire de Johnny Strabler (Marlon Brando) et ses acolytes "les rebelles noirs". Ces hommes qui fonctionnent avec leurs propres lois roulent en Harley-Davidson et ont un look très identifiable. Contrairement à ce que la culture populaire post sixties laisse à penser, le vêtement de prédilection de ces gars-là est la veste en denim sans manches et non pas le perfecto en cuir. Elle affiche typiquement les couleurs du groupe et on la porte avec un blue-jean.

on-roule-des-mecaniques
On roule des mécaniques !

La toile bleue : symbole de street cred'

Mais pourquoi les bikers de l'époque ne portent-ils pas des vêtements plus techniques ? La question se pose quand on sait qu'aujourd'hui, les motards optent soit pour un jean renforcé et une veste conçue pour amortir les chocs en cas d'accident de la route, soit carrément pour une combinaison de moto. Bref, sécurité oblige, on ne plaisante pas avec la tenue vestimentaire quand on compte enfourcher une grosse cylindrée. Sauf que les membres des groupes de motards dans les Etats-Unis des années 1960 veulent prouver qu'ils n'ont pas froid aux yeux, quitte à ne pas se protéger suffisamment. Léger mais surtout pas guindé, le denim est la matière tout indiquée pour arborer un style de gros dur. Naturellement, les fringues en toile denim sale et vieillie sont synonymes de chutes à moto, faisant passer ces hommes pour de véritables warriors #memepasmal. Un argument de plus pour intimider leurs rivaux.

Le temps faisant son oeuvre, le cuir a pas mal remplacé le denim chez les motards, surtout quand on s'éloigne du climat californien. Malgré ça, la toile bleue n'a pas dit son dernier mot ! Preuve en est, la marque Kaporal a eu l'idée de créer un jean conçu pour les motards dont la sortie est prévue pour septembre 2016.