Connaissez-vous la petite histoire du jean flare ?

21 Sep 2016
x
Des hippies aux fashionistas 2.0, le jean flare a su traverser les époques.
On ne sait pas toujours quelle est l'histoire de nos basiques... C'est le cas du flare, jean mythique des années 1970. On parie qu'on va apprendre des choses ?

Il y a des pantalons en denim qui reviennent sur le devant de la scène mode, bien après leurs heures de gloire. C'est le cas des jeans flares ! Des fut' qui se caractérisent par une coupe évasée dans le bas, mais qui peuvent être indifféremment larges ou moulants aux cuisses.

Au 19ème siècle, les officiers de la Marine américaine sont les premiers à enfiler des pantalons appartenant à la catégorie des flares. Ces fut' sont baptisés "bell bottom", soit des pantalons "fond de cloche". Leur particularité ? Ils possèdent une envergure d'au moins 30 cm dans le bas des jambes ! Si les marins l'adoptent, ce n'est pas pour une raison stylistique, mais pratique ! En effet, ces pantalons aux bas très élargis étaient fonctionnels. Lors des marées hautes, ils pouvaient être retroussés facilement ou retirés sans qu'il y ait besoin de retirer ses chaussures. Ingénieux, pas vrai ?

Dans les années 1920, c'est Coco Chanel qui s'empare du flare. Alors que les femmes sont prisonnières de leurs corsets et de leurs longues jupes, elle imagine un fut' à la coupe assez large et donc confortable à porter, inspiré par les pantalons de marins. Pionnière du style masculin-féminin, la célèbre couturière a d'ailleurs participé à l'émancipation féminine.

Le patte d'eph' est dans la place !

Au milieu des années 1960, le flare prend la forme d'un patte d'éléphant. Ajusté aux hanches, droit (voire moulant) aux cuisses et évasé des genoux aux chevilles, ce pantalon donne un air androgyne aux garçons et une apparence longiligne aux filles. On l'aime alors en velours, en Prince de Galles ou encore en satin...

Il a fallu attendre les 70's, pour qu'une version en denim fasse son apparition. Rapidement, le jean patte d'eph' devient LA pièce fétiche des deux sexes. Mieux, il s'érige en symbole du mouvement hippie. Bien plus qu'un simple pantalon, le flare incarne l'esprit libre et revendicateur des jeunes de l'époque. On le voit partout, notamment sur les festivals (on pense bien évidemment à Woodstock), mais aussi lors des manifestations contre la Guerre du Viêt Nam. Pour que leurs jeans reflètent au mieux leur état d'esprit, les hippies n'hésitent pas les teinter, les broder, les trouer, les délaver... ou encore à leur coller des patchs comme "Make Love, Not War". Chacun exprime ainsi sa créativité et ses pensées sur ces fut' customisables à l'envie.

Dans le même temps, le jean patte d'éléphant s'impose comme la pièce phare de nombreuses stars, à l'image de Jane Birkin, Twiggy, Farah Fawcett, Mick Jagger, ou encore Jimi Hendrix. Cette coupe est également une des marques de fabrique du groupe ABBA (remember leur victoire à l'Eurovision en 1974). Ce jean tient également le haut de l'affiche dans le film "La Fièvre du samedi soir", avec John Travolta. Dans le rôle de Tony Manero, l'acteur et son flare (qui lui va à la perfection) enflamment les pistes de danse. Allez, on shake son booty !

le-jean-flare-est-indissociable-du-mouve
Le jean flare est indissociable du mouvement hippie.

Coup dur pour le flare !

Durant les années 1980,le flare disparaît, au profit de deux nouvelles coupes de jeans près du corps : le slim et le skinny. Des blue-jeans très vite adoptés par les punks !

Après quelques années d'errances, le flare fait son come-back dans la fashion sphère au début des années 1990. En plus de sa forme patte d'eph', voilà qu'une toute nouvelle version voit le jour : le boot cut. Un jean légèrement évasé en bas (moins que le flare classique), que les femmes de l'époque adorent porter avec une paire de bottes.

Le flare et le bootcut ne tiennent pas longtemps le haut de l'affiche. A l'aube des années 2000, ils se voient à nouveau détrôner par le slim et le skinny. Encore eux ! Des pants moulants qui ont obtenu les faveurs des danseurs de Tecktonik (on préférerait oublier cette époque) ou encore des groupes de rock à la mode. On pense à BB Brunes, The Fall Out Boy ou encore The Arctic Monkeys. Résultat des courses : les jeans évasés deviennent has been. Surtout pour les jeunes !

Le flare aujourd'hui

On le sait, la mode est un éternel recommencement. D'abord timidement en 2010, puis franchement en 2015, le flare fait son come-back dans notre dressing. Aujourd'hui, il est même de toutes les collections de jeanneurs.

La preuve avec la griffe américaine Mother, qui a récemment revisité le dressing des années 1970 avec une collection capsule denim baptisée Mother Lovin'. Ces pièces sont parfaites pour se confectionner un look seventies chic !

Alors comment porter le flare pour être in ? Autant être claire, il n'est plus question de le porter avec un couronne de fleurs dans les cheveux, seins nus et guitare à la main (même pour aller à un festival). Pour être tendance, on opte pour un modèle taille haute. On le matche avec une blouse fluide et on favorise les chaussures compensées, qui vont allonger notre silhouette. Si on est assez grande pour le porter avec des sandales plates, alors soit ! Il faut dire que c'est toujours plus pratique pour nos journées marathon. Pour un JOTD plus pointu, on peut aussi tenter le kick flare, le dernier né en date dans la famille des jeans évasés. Pour celles et ceux à qui ça ne parle pas, il s'agit d'un flare croppé. On le porte avec un chemisier à col lavallière, des ballerines cloutées à bouts pointus et un bomber en satin, par exemple.

Maintenant, on est certaine d'être incollable sur la petite histoire du flare. Il est était temps...