Kaporal Mayor #19 : La French Freerun Family

20 Jan 2017
Ce collectif qui voltige sur les toits parisiens n'a qu'une seule envie : développer ce sport 100% urbain et se déplacer sans emprise. #free

Professionnels, passionnés et libres comme l'air, Simon Nogueira, Maxence De Schrooder et Johan Tonnoir nous font partager leur amour pour le ride aérien. Il ne nous reste plus qu'à lever la tête pour espérer les apercevoir...

Pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes une équipe de freerunners parisiens. Nous essayons de démocratiser cette pratique au travers de différentes actions culturelles, artistiques et performatives, en puisant le meilleur de chacun d'entre nous. Aujourd'hui, nous avons fait de notre passion notre travail.

French Freerun Family... Ok, pour French et Freerun, mais pourquoi avoir ajouté le terme Family ?

Nous partageons passion, profession et mode de vie. Nous passons beaucoup de temps ensemble à développer des projets. Nous avons la même vision du monde, une confiance mutuelle. Plus que des amis : une famille.

En quoi consiste le freerun et depuis combien de temps pratiquez-vous cette discipline ?

Le freerun consiste à "courir librement". Plus précisément, à se déplacer sans entrave dans l'environnement qui nous entoure. L'idée, c'est d'imaginer des chemins là où il n'y en a pas, de considérer les murs, barrières et autres obstacles comme des routes à emprunter, en laissant libre cours à notre imagination.

Quelles sensations éprouvez-vous quand vous vous entraînez ?

Du plaisir. Nous empruntons des chemins inexploités, nous découvrons des décors surprenants. Et un sentiment de liberté. Nous ne sommes pas prisonniers du décor dans lequel nous évoluons.

Quel est votre plus beau/pire souvenir de freerunners ?

Pas de meilleur ni de pire souvenir. Que des nouvelles expériences enrichissantes !

Votre mantra :

"Under the same sky" (Ndlr : "Sous le même ciel").

Cette discipline est très physique. Quel entraînement suivez-vous pour rester au top ?

Nous pratiquons presque tous les jours : le freerun est un lifestyle. A force de voir la ville comme un terrain de jeux, nous ne pouvons plus nous empêcher de sortir pour nous amuser.

Le freerun intègre la notion de risque. Comment la gérez-vous ?

Le risque est relatif à l'expérience de chaque individu. Avec de l'entraînement, les mouvements qui paraissent risqués ou difficiles à réaliser deviennent naturels.

Parlez-nous de l'ouverture de "Centr'Halles Park", votre salle de Freerun...

La salle a été mise à notre disposition par la Mairie de Paris début 2016. A cette occasion, nous avons créé la "French Freerun Academy", une association qui nous permet d'enseigner le freerun huit heures par semaine, à 90 membres (pour le moment). La salle est entièrement sécurisée et appropriée à la pratique du freerun.

Avez-vous d'autres projets ?

Nous souhaitons développer notre boutique en ligne, ainsi que notre académie. Réaliser de nouvelles vidéos YouTube, voyager davantage et plus loin... et surtout, continuer d'apprendre !