L'exposition « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale ! »

30 Nov 2016
les-jeans-troues-ont-ete-fortement-criti
Les jeans troués ont été fortement critiqués...
Du 1er décembre au 23 avril 2017, les Arts Décoratifs (Paris) nous invitent à découvrir les scandales qui ont éclaboussé l'histoire de la mode, du XIVe siècle à aujourd'hui. Va-t-on être so shocked ?

Au programme de cette exposition : plus de 400 vêtements et accessoires, portraits, caricatures et objets pour nous permettre de comprendre les libertés prises par les créateurs, mais aussi les infractions aux codes vestimentaires et aux valeurs morales commises. Que ce soit la mini-jupe, le baggy, la jupe pour homme, le pantalon et le smoking pour femme, ils ont tous suscité un tollé.

Les règles vestimentaires

De la Bible (et ses premiers interdits vestimentaires) aux blogs mode, nos fringues ont toujours été pointées du doigt. Pour quelles raisons ? Parce qu'elles étaient jugées trop courtes ou trop longues, trop moulantes ou trop amples, trop couvrantes ou trop impudiques. Bref, elles ne contentaient jamais les normes véhiculées par la société. Et ce, peu importe l'époque !

Sans même qu'on s'en rende compte, les règles vestimentaires (implicites ou explicites) régissent nos vies. Tandis qu'on adopte automatiquement un total look noir lors d'un enterrement, on sait aussi qu'on ne doit pas porter de blanc à un mariage ou une mini-jupe à un entretien d'embauche. C'est comme ça.

guy-marineau-rick-owens-thierry-mugler
Guy Marineau, Rick Owens,Thierry Mugler.

Le mélange des genres

Grâce à cette expo, on peut retracer les échanges qu'il y a eu entre les vestiaires féminin et masculin. De Jeanne d'Arc (et son travestissement en homme) à la mode unisexe des années 1960 (où les femmes s'approprient le pantalon, le chapeau et la veste), en passant par les aristocrates anglaises (qui s'habillaient avec des pièces masculines), l'ordre préétabli a été bousculé plusieurs fois.

La ligne qui sépare les genres est celle qui a été la plus franchie par les créateurs de mode au cours de la fashion story. Aujourd'hui encore, la tendance du gender fluid aka no gender aka la mode unisexe fait beaucoup couler d'encre. Jouer sur l'ambiguïté pour se libérer des carcans ? C'est beau, mais pas nouveau. Remember... Coco Chanel et son tailleur-pantalon dans les années 1920, Elsa Schiaparelli et sa combi-pantalon à maxi-poches en 1939 et Yves Saint Laurent et son smoking pour femme en 1966.

Si la gent féminine s'est appropriée le dress-code de l'homme assez facilement, l'inverse est plus compliqué. Et ce n'est pas sans la volonté de Jean-Paul Gaultier, qui en plus d'avoir marqué l'histoire du jean, a imposé la jupe dans ses défilés homme depuis la collection "Et dieu créa l'homme" en 1984. L'androgynie est d'ailleurs l'un des thèmes préférés de l'enfant terrible de la mode.

Comment doit-on s'habiller ? Sommes-nous en règle ? C'est à ces quelques questions que tente de répondre cette exposition, à travers le prisme de la société, d'hier et d'aujourd'hui. On aime pas on adore.