L'histoire du délavage en 5 dates-clés

13 Mar 2016
de-l-eau-de-javel-a-coule-sur-les-jeans
De l'eau de Javel a coulé sur les jeans depuis les premiers délavages artisanaux dans les années 1960.
Depuis les années 1960, les jean makers ont pas mal planché pour trouver des solutions à nos envies de jeans used. Allez, on reprend tout à zéro.

A quand remontent les premiers jeans neige ? Et le stone-wash ? Le délavage industriel ne date pas d'hier. En fait l'histoire des jeans used est jalonnée de dates marquantes qu'on a gentiment résumées pour vous.

Jusque dans les années 1960, il n'exise qu'une seule méthode de délavage : le temps. Il faut donc porter nos jeans pour les faire vieillir naturellement. Un travail de longue haleine qui n'est pas du goût de tous. Mais les surfers trouvent un moyen d'accélérer le processus. Leur secret ? L'eau de mer chargée de sel et le soleil. Au bout de quelques semaines ou mois, les jeans exposés finissent par s'éclaircir. Sauf que les plus impatients ne veulent pas attendre aussi longtemps pour obtenir des pantalons en denim used. Ils imaginent donc un cocktail d'eau de Javel et de sable pour rendre l'opération encore plus rapide. Bingo ! C'est le début de l'ère du sablage, aujourd'hui largement décriée.

1972 : Marithé + François Girbaud crée le stone-wash

Les deux créateurs français ont l'idée d'abîmer leurs jean contre de la pierre (et même contre des murs). Puis, ils adaptent ce concept à une logique de production en intégrant les pierres ponces directement dans leurs machines à laver. La fibre en ressort comme vieillie naturellement. Le succès est énorme.

lecon-de-jean-neige-avec-les-punks
Leçon de jean neige avec les punks !

1981 : Premiers pas du jean neige

Cette année-là, Guess s'empare d'une lubie jusque-là réservée aux communautés punk et skinhead. Il s'agit de projeter de l'eau de Javel sur la toile denim pour recréer un motif proche du camouflage. Autour des coutures, la toile garde sa coloration indigo initiale, tandis que les zones bleachées deviennent plus ou moins blanches.

1986 : Rifle Jeans invente l'acid-wash

En voulant produire des jeans stone-washed, la marque italienne Rifle Jeans oublie d'ajouter de l'eau dans la machine. Des pierres ponces légèrement imbibées d'eau de Javel font alors tout le boulot. Le résultat est plus agressif que le délavage neige, plus clair aussi, sauf qu'aucun acide n'entre dans la fabrication de ces jeans. Le procédé est ensuite repris et industrialisé par American Garment Finishers qui l'offre à Levi's, avant de le perfectionner en remplaçant la Javel par du permanganate de potassium.

1999 : Marithé + François Girbaud invente "Blue Eternal", le jean indélavable

Totalement à contre-courant des tendances, le duo Frenchy manipule la molécule de l'indigo pour rendre les jeans indélavables. Une idée absolument démentielle quand on pense qu'à cette période, la mode est au denim ultra-délavé comme chez les jeanneurs italiens en vogue.

aujourd-hui-on-est-capable-de-delaver-u
Aujourd'hui, on est capable de délaver un jean avec précision, en limitant au maximum l'impact sur l'environnement

2003 : le Wattwash révolutionne le délavage

Jamais deux sans trois... C'est encore à Marithé + François Girbaud qu'on doit l'innovation baptisée Wattwash, en collaboration avec Jeanologia, filiale du groupe espagnol Eurotrend. Ce procédé écologique vise à économiser l'eau, substituée par l'électricité. Cette technique permet un délavage hyper ciblé au laser limitant considérablement l'usage de produits dits chimiques. Une vraie petite révolution, taillée pour les marques de jean green ! En prime, François Girbaud affirme que lorsqu'elle est combinée à des systèmes de modélisation, elle permet de reproduire les dessins les plus précis. Et les faits lui donnent raison, puisqu'il est parvenu à recréer une oeuvre signée Maestro della tela jeans datant du XVIIe siècle sur l'une de ses vestes en denim. Chapeau !

Ces dernières années, divers scandales sanitaires ont permis de prendre conscience de la dangerosité du sablage, méthode pourtant très pratiquée par les jeanneurs à travers le monde. Mais heureusement, l'innovation technique nous offre de nouvelles opportunités. Des marques comme Kaporal ont d'ailleurs choisi de les saisir et de montrer l'exemple en refusant d'exposer leurs ouvriers à des dangers inutiles.

Avec les méthodes de délavage modernes, on n'a plus à choisir entre le style et l'éthique. Cool !