Le laser, la nouvelle technique de délavage qui rend nos jeans plus écolos

3 Fév 2016
Fini l'utilisation de sable et la consommation d'eau à tout va pour délaver les jeans ! On va bientôt pouvoir arborer nos pantalons en denim sans culpabiliser grâce à un procédé exclusif et, surtout, bien plus respectueux de l'environnement.

Pour délaver nos jeans nous-mêmes, on utilise de l'eau de Javel diluée dans de l'eau. Ok, pas de problème, car ce n'est pas une manip' qu'on effectue tous les quatre matins. Le problème ne vient pas de nos DIY gentillets, mais plutôt des processus de délavage industriels, qui ont tendance à consommer beaucoup trop d'eau.

Petite piqûre de rappel... En 1970, le couple de jeanners Marithé + François Girbaud invente le Stone Washing, technique qui consiste à laver les jeans en machine avec des pierres ponces pour obtenir des marques de délavage. Ce procédé, révolutionnaire pour l'époque, offre une alternative au sablage, vivement critiqué sur le plan environnemental comme sanitaire. Les pantalons en denim dont l'aspect brut ont fini par lasser, ont alors connu un second souffle et très vite, la plupart des marques se sont emparées du Stone Washing. Le problème ? Le délavage d'un seul jean nécessite près de 150 litres d'eau, mais aussi l'ajout de produits chimiques pour en accentuer les effets. Pas très écolo tout ça !

Le laser, c'est l'avenir du denim

En 2003, ces visionnaires du denim ont une nouvelle idée : utiliser le laser pour vieillir artificiellement les jeans. Ils s'associent à l'entreprise espagnole Jeanologia et développent une nouvelle technique, baptisée "Wattwash", qui permet de graver la surface de la toile. Les bénéfices sont nombreux : une diminution de 97,4 % d'eau (seulement 5 litres contre 150 litres auparavant), de 60 % d'énergie, et de 80 % de produits chimiques. Si cette technique possède de nombreux avantages écologiques, c'est aussi un atout d'un point de vue stylistique. Elle offre en effet d'innombrables possibilités de motifs et se révèle très précise. Pour le prouver, Marithé + François Girbaud a fait reproduire une des oeuvres de Maestro della tela jeans (un peintre italien anonyme du XVIIe siècle) sur le dos d'une veste en denim. "Nous avons réussi à combiner la technologie du laser avec des systèmes de modélisation qui nous permettent d'avoir un rendu beaucoup plus précis que via les techniques classiques. Nous servons de directeur de création aux machines laser en quelque sorte", a expliqué M. Girbaud*.

Longtemps resté dans l'ombre, ce nouveau procédé devrait se démocratiser et séduire les ténors de l'industrie du jean, notamment les marques les plus green. En tout cas, c'est tout ce qu'on espère ! Une innovation qui va sur la lancée du code de conduite de certains jeanners, à l'image de Kaporal, qui se sont engagés à réduire leur consommation d'eau, mais aussi à garantir de bonnes conditions de travail à leurs ouvriers.

*Propos recueillis par Adrien Cahuzac pour l'Usine Nouvelle