Quand la toile denim a gagné en souplesse...

29 Juin 2016
depuis-les-annees-1980-la-plupart-des-j
Depuis les années 1980, la plupart des jeans contient de l'élasthanne, pour une plus grande liberté de mouvements.
Elle est loin, l'époque des jeans rigides de cow-boys. En plus d'un siècle d'existence, la toile denim s'est détendue pour gagner en confort et en coolitude, grâce à l'arrivée sur le marché des pantalons plus stretch.

"Il faut souffrir pour être beau", voici une maxime à laquelle les jeanneurs ont décidé de tordre le cou, en fabriquant des jeans super confortables. Si aujourd'hui on peut courir, danser, voire même faire un grand écart en jean, c'est grâce à l'élasthanne. C'est en 1958 que le scientifique américain Joseph Shivers (travaillant pour la société DuPont) invente la Fibre K, un dérivé du polyuréthane. Elle est appréciée pour sa souplesse et sa résistance, supérieures à celles du latex ! La société dépose la marque Lycra.

A l'aube des années 1960, l'élasthanne se répand dans l'industrie textile. Dix ans plus tard, elle fait son entrée dans le domaine du cyclisme, puis de la gymnastique et de la danse. Dans les 80's, son usage n'est plus réservé à la fabrication de bodys à la Flashdance. Les jeanneurs s'en emparent. Jusque-là fabriqué uniquement à partir de fils de 100% coton, le pantalon bleu gagne en souplesse grâce à l'entrée d'une petite proportion d'élasthanne - entre 2 et 10% - dans sa composition. En plus d'être plus élastique, le jean reprend aussi sa forme d'origine après avoir été étiré. Il sèche également plus vite qu'un blue-jean classique.

En 1994, un tsunami de Lycra submerge l'industrie denim. Ces pantalons d'un nouveau genre connaissent un réel succès auprès des femmes, qui se sentent encore plus libres et plus sexy.

Le jean devient flex !

En 2010, le terme "jegging" (contraction de legging et de jean), soit un caleçon imitant l'aspect du jean, fait son entrée dans le fashion lexique du denim. Il devient le fut' préféré des stars, comme Beyoncé, Sienna Miller ou encore Kate Moss. Les célébrités nous montrent la marche à suivre et on n'hésite pas à les follower. Il faut dire que quasiment toutes les enseignes de prêt-à-porter en proposent dans leur collection.

Les jeans makers flairent le bon filon et imaginent des pantalons en denim ultra-flexibles et tout doux au toucher, à l'allure encore plus proche des authentiques blue-jeans que les jeggings. C'est notamment le cas de Kaporal qui, en 2015, met au point une ligne d'Extend Denim, composée de jeans ultra-stretch, imitant le style et l'aspect du denim, mais avec l'élasticité et le confort du jogging. L'illusion est parfaite ! Quant à la marque J.Brand, connue pour ses skinnys qui épousent parfaitement nos courbes, elle va encore plus loin en imaginant une collection swimwear en toile denim extra stretch. Cette ligne, baptisée Above Deck, comprend un soutien-gorge, un débardeur et un shorty dans une toile à l'effet denim used. Un pari osé, relevé avec brio.

Le jean seconde peau n'est plus un mythe.