WTF : les félins se la jouent jeanneurs !

8 Août 2016
Un zoo a décidé de surfer sur la tendance des jeans destroyed. Surprenant n'est-ce pas ? Comment ? Pourquoi ? On vous explique tout...

Le destroyed est l'une des tendances denim phare du Printemps-Eté 2016. Une lubie pour les fut' déchirés et troués qui n'est pas prête de nous quitter, puisqu'on a encore aperçu ces pantalons lacérés dans les collections de l'Automne-Hiver 2016/2017. Nos genoux n'ont pas fini de prendre l'air ! Ça tombe bien, il existe une multitude de façons de porter le jean troué.

Seulement voilà, pour se les procurer, soit on filait chez un jeanneur, soit on s'amusait à déchirer nous-même notre vieux blue-jean. A présent, un autre choix s'offre à nous... Aller acheter nos jeans déchirés dans un zoo japonais. Mais ces derniers ont une particularité... ils ont été réduits en lambeaux par les lions et les tigres du zoo de Kamine, à Hitachi.

Pour ce faire, les tenanciers du zoo ont placé les pantalons en denim sur de gros pneus et des jouets en plastique sur lesquels les animaux se défoulent. A grand renfort de coup de griffes acérées et de crocs aiguisés, c'est plié en quatre heures !

Ça fait cher le coup de griffe, mais c'est pour la bonne cause !

Cette particularité a un prix, puisque ces jeans made by animals peuvent atteindre les 1 500 dollars (1 336 euros environ). Après tout, arborer un jean lacéré par un tigre mérite bien de mettre la main à la poche ! D'autant que c'est pour la bonne cause. La moitié des bénéfices engrangés par le zoo sur la vente de ces fut' sont reversés à WTF Japon, association qui milite pour la protection animale.

Cependant, cette technique de déchirement ne semble pas ravir tous les amis des animaux. Le porte-parole de l'association himself, un certain Akiko Ashihara a déclaré "En principe, nous ne levons pas d'argent en utilisant les animaux de cette façon". En principe seulement... dans les faits, l'organisation caritative a bel et bien accepté les dons du zoo. En plus de deux ans, ce dernier a déjà récolté plusieurs milliers de dollars.

Alors, on se la joue wild ou pas ?